Sommet mondial sur les changement climatique :Les conflits entre pays riches et les autres

Sommet mondial sur les changement climatique :Les conflits entre pays riches et les autres

Mardi 29 novembre 2011 Sommet mondial sur les changement climatique Durban Afrique du Sud : Les vrais défis qui sont posés à l’humanité pour sauver le village Terre des troubles climatiques

D’après les nouvelles plus de 20 mille délégués seront présents à ce sommet pour étudier l’avenir du climat mondial et surtout l’après du protocole de Kyoto qui prend fin 2012 qui était entré en vigueur en 2005.
 
- C'est ce que réclame la grande majorité des pays à travers le globe, à part quelques uns comme le Canada, les USA, le Japon et la Russie, qui refusent de souscrire aux principes de Kyoto et qui, pour cette raison, sont les principales cibles des salves de critiques provenant de la société civile internationale.
 
- Ces derniers pays estiment que les pays émergents devraient cesser de jouer la carte de la culpabilisation des pays industrialisés comme excuse pour ne pas s'imposer à eux-mêmes des objectifs de réduction en matière d'émission des gaz à effet de serre.
 
- Ils citent la Chine comme exemple, dont ils rappellent qu'elle n'est pas soumise à des objectifs chiffrés, étant considérée comme faisant partie des pays émergents.
 
- Cependant, selon les scientifiques, ce sont bien les pays de l'hémisphère sud qui sont le moins responsables des émissions de gaz à effet de serre mais qui, en revanche, sont touchés le plus durement et le plus rapidement par les changements climatiques.
 
- En effet, les petites îles du Pacifique, les pays des régions tropicales et d'autres comme le Tchad, l'Inde et le Brésil, parmi ceux jugés les plus vulnérables aux catastrophes climatiques en question, pourraient commencer à évoquer des noms au cours de ce sommet et à dénoncer de façon plus directe les pays qui font obstruction au progrès dans le dossier de la réduction des gaz à effet de serre.
 
- Selon les experts, pour garder une planète viable, la température moyenne sur Terre ne doit pas augmenter de plus de deux degrés par rapport à celle de l'ère préindustrielle, selon les experts.
 
Si on ne veut pas franchir cette limite de deux degrés, les émissions de gaz à effet de serre devront atteindre leur plus haut niveau avant 2020, puis décroître rapidement, pour ne plus dépasser 1 tonne par an et par habitant en 2050, selon le diagnostic de Copenhague.
 
- Ils rappellent à cet effet que les prévisions tablent sur une augmentation des cyclones, des pluies torrentielles, et l'accélération de la fonte des glaciers. Tous ces événements ont des coûts économiques et humains importants.
 
Les pays émergents souhaitent également que soient prises des décisions mettant en œuvre le Fonds vert pour le climat, destiné à financer la lutte contre les changements climatiques dans les pays en développement ainsi que la mise en place de nouvelles institutions dans le domaine des technologies et de l'adaptation aux changements climatiques.
 
 

Publié par Dali Najeh 

Laissez un commentaire