Poètes francophones du Maghreb: Zahra BELABEDI

Poètes francophones du Maghreb: Zahra BELABEDI

La poésie est le chant de l’âme, un cri, une souffrance, une confidence, une déclaration, un besoin vital pour certains c’est un soulagement. «Je n’ai pas choisi la poésie, c’est elle qui m’a choisi, car je n’ai pas fait d’études en littérature». Zahra BELABED.

Pour  Zahra BELABED, c’est un commencement, un début qui l’entraine dans le monde de la littérature, mais pour nous c’est une grande découverte qui nous permet nous autant que lecteurs, de découvrir cette grande dame et de pouvoir savourer sa douceur.

L’écriture a commencé chez notre poétesse par une succession de maladies provoquées par un gros choc émotionnel, emmurée, n’ayant pas la force de bouger, elle ne trouva que l’écriture pour dégager le poids de la maladie. Elle avoue qu’elle avait horreur de prendre un stylo en main, et un jour elle s’est surprise à griffonner quelques vers et depuis elle continue,  à un tel point que c’est devenu vital. La poésie l’a aidé à faire voyager son esprit et à libérer son âme qui était prisonnière d’un corps malade. Elle lui a redonné envie de vivre. Quand cela lui prend, elle écrit de deux à trois poèmes en une journée.

Mère de famille de quatre enfants, elle n’a pas fait de grandes études, car ses parents n’avaient pas les moyens. Jeune, elle aimait lire, bouquiner mais jamais de la poésie. Aujourd’hui elle ne peut plus s’en passer.

Quand on a un cœur tendre comme le sien, on n’a pas besoin d’être formé dans de grandes écoles ni à l’université.

L’écriture est un don, une passion, un esprit, une crise de folie et quand cela vient on ne peut plus s’arrêter. A vous, jeunes poètes et poétesses d’herbe, écoutez l’air du temps et ouvrez bien vos  oreilles à tous les vents, prenez le temps de l’observation de la nature et laisser vous prendre par la magie de la vie, et quand la métamorphose vient, étalez tout de suite ce que l’esprit parfois insuffle, suivez son intuition.

Ce poème est  un avant-goût, extrait de son recueil intitulé Sous l'Auréole d'un Ange.

Nous vous invitons à déguster le fruit de la passion de cette dame vertueuse qu’est  Zahra BELABED . Bonne lecture !

 

Dois-je encore t'aimer.

Par Zahrat Leqloub( Zahra BELABED ).

 

Devrais-je t'abandonner ce corps,

Dans les tourments de tes caresses,

Bercée par tes mots délicats,

Et pleines d’hardiesses,

Devrais-je?

 

Devrais-je te céder mon âme,

Qui se consume à petites flammes,

Pour l'amour de son bien aimé,

En me laissant envahir par le désir,

La tête posée sur ta poitrine,

Devrais-je?

 

Devrais-je t'offrir mon cœur,

Pour planter cette lame,

Ou la chauffer à blanc

Pour me marquer à jamais

Que je n'appartiens qu'à toi,

Devrais-je?

 

Devrais-je t'aimer en secret,

Que seul , mon oreiller sait,

Toutes les larmes qui s’échappent,

De mon cœurprisonnier,

Par cet amour déraisonné,

Devrais-je?

 

Devrais-je prendre mes nuits pour le jour,

Et me languir de ton amour,

Mes larmes feront rivière

S'écouleront encore comme hier,

Pour avoir aimé un cœur en pierre,

Devrais-je.(BZ)