Femmes! arrêtez de vous dévaloriser!

Femmes! arrêtez de vous dévaloriser!

Je n'aime plus la Femme de la même manière qu'avant, depuis que j'ai compris que c'est à cause d'elle qu'on nous maltraite, c'est à cause d'elle que je suis réduite à une oulia (ceci dans toute la région MENA)... le système patriarcal, moyenâgeux, misogyne règne…

Le jour où j'ai eu mes règles, c'était la torture morale pour moi. Ma nounou m'avait dit et je me rappelle très bien de sa réplique tellement elle était choquante : "Ne te frotte pas aux garçons quand tu es à la piscine, tu risques d'absorber quelque chose de sale (elle entendait par cela "sperme"). 
 
J'avais 12 ans et c'était en plein mois d'Août...pour me rassurer de l'information, je suis allée vite voir mon amie Safaa, elle avait Internet chez elle. Nous séjournions dans un club, dans lequel je donnais rendez-vous à mes copains. Nous attendions avec impatience les vacances pour se revoir. Après les quelques recherches sur le web, j'ai déduis que les spermatozoïdes meurent au contact de l'eau et de l'air, néanmoins la probabilité d'absorber le spermatozoïde reste possible. Alors, la peur de tomber enceinte m'a accompagné durant toute la saison d'été...et j'avais renoncé à la baignade.
 
Eh oui ! C’est honteux d'avoir ses règles, c’est un tabou entre autre dans notre culture ! Si une goûte glisse et s'installe sur ton short, tu as intérêt à cacher ta frimousse un bon moment ...
Moi ce qui m’a choqué le plus, c’était la réaction de ma mère : elle avait laissé ma nounou me mettre ces idées dans la tête…mais franchement à l’époque j’en étais pas tellement consciente de la gravité de ce qui se passait…
 
J'ai réalisé à quel point c'est difficile d'être une femme.
J'ai réalisé que c'est la même femme qui se plaignait de la mentalité de la génération de ses parents (c'est à dire mes grands parents et leurs parents), qui me fait vivre ou plutôt revivre moi et ma génération la même histoire.  Est-ce par vengeance ? Ou bien Freud avait raison ? Je ne sais pas, peut-être les deux... 
 
C’est la même femme qui rejetait les idées anciennes parfumées de consentement à la soumission, cette même femme qui réclamait l’égalité qui favorise le garçon et le traite tel un roi. Ce dernier, à son tour, ne manque pas de montrer son complexe de supériorité, étant élevé tel un roi et favorisé, c’est normal qu’il s’habitue à ce positionnement : le mâle dominant…
 
Si Femme ne se prend pas en mains, la misogynie triomphera encore et encore ! Et comme a dit Simone de Beauvoir : " La société a toujours été mâle ; le pouvoir politique a toujours été aux mains des hommes…Le triomphe du patriarcat ne fut ni un hasard ni le résultat d’une révolution violente. Dès l’origine de l’humanité, leur privilège biologique a permis aux mâles de s’affirmer seuls comme sujets souverains." 
 
Quant à cette égalité entre homme et femme, de laquelle on parle qui se veut du discours féministe par excellence, elle n’est qu’une preuve de sous-estimation et de dévalorisation de la femme d’elle-même, par elle-même. 
 
Personnellement, en tant que femme, je refuse cette idée là, car tout simplement je n’ai rien à prouver à personne, je ne cherche pas cette égalité et je ne vois pas l’homme supérieur à moi pour vouloir lui être égale. Par contre, institutionnellement oui. Je veux que la part de la femme en héritage soit égale à la sienne…puisque nous ne sommes plus à l’âge du prophète et de l’ancien Islam et puisque la femme travaille et cotise etc. 
 
Vous savez très bien de quoi je parle, nous le savons tous…je ne fais que vous le rappeler.