La pollution de la Méditerranée : un cri d'alarme, avant qu'il ne soit trop tard - Par Dali Najeh

La pollution de la Méditerranée : un cri d'alarme, avant qu'il ne soit trop tard - Par Dali Najeh

Dali Najeh présente qu’aujourd'hui, le bilan de la pollution de la méditerranée est devenu très préoccupant et qui les pays concernés si ne réagissent pas rapidement, le bilan va devenir extrêmement inquiétant.

En plus des millions de tonnes de déchets solides et les milliards de m3 d’eaux usées qui sont directement jetés en mer sans traitement, les grands et les petits bateaux qui la traversent la mer méditerranéenne forment un danger direct : Ils polluent la mer en y jetant leurs déchets ou, en cas d'accident, en y déversant de grandes quantités de pétrole tandis que les filets des pêcheurs détruisent les richesses des fonds de la mer. 
Et pourtant selon Najeh Dali, la méditerranée qui contient entre 8 et 10 % des espèces marines connues, , elle constitue l’un des réservoirs de biodiversité marine les plus importants de la planète : c'est un patrimoine hors du commun. 
La Méditerranée, lieu de vie marin exceptionnel par la multitude d'espèces tant animales que végétales qui s'y reproduisent, lieu de vie sans cesse alimenté par le monde océanique extérieur grâce à un étroit passage que forme le détroit de Gibraltar, n'a jamais été autant menacée que depuis qu'on a pu constater la présence d'une algue de couleur verte. Aussi, certaines années, à la faveur d'un réchauffement climatique, une espèce envahissante, la Caulerpa Taxifolia, a fait son apparition en Méditerranée avec pour point de départ les alentours de Monaco.
D’une manière générale, plusieurs variétés de plantes, de poissons et d'animaux comme la tortue marine, et le phoque méditerranéen, risquent de disparaître. Les couleurs des fonds s'altèrent. Il y a des variétés, animales et végétales, qui se développent au détriment des autres. La présence intense du plancton témoigne de la dégradation et de la pollution de l'écosystème marin et menace la santé mondiale.
La pollution marine et terrestre affecte les eaux côtières de la
Méditerranée. Les sources situées à terre sont responsables de 80% de la pollution totale affectant la Méditerranée au cours des trente dernières années et des réponses ont été développées pour la réduire et l’éliminer dans toute la mesure du possible. La pollution maritime représente 20% du total. Sur ses 46.000 km de côte, vivent 150 millions d’habitants dont 110 millions dans les villes. 
 
De plus, chaque année 200 millions de touristes visitent la région, la majorité d’entre eux sur la zone côtière. D’après Najah Dali, Plus de 200 complexes pétrochimiques et énergétiques, industries chimiques et usines de production de chlore, toutes des sources de pollution, sont établies sur cette étroite frange côtière; environ 80 fleuves et rivières charrient dans la mer de lourdes charges de pollution.
 
La pollution des eaux côtières affecte les écosystèmes, la santé humaine et l’économie de nombreuses façons, comme l’augmentation des coûts de santé publique, la réduction de la consommation de produits de la mer et la perte d’emplois y relative dans la pêche, plus les effets négatifs sur le tourisme. La pollution peut affecter directement toutes les activités économiques d’une zone.
 
En Méditerranée, les formes de pollution les plus importantes sont la contamination chimique y compris les substances toxiques persistantes, la pollution venant des micro-organismes organiques et pathogènes et des déchets solides dangereux, et l’eutrophisation (processus par lequel les eaux enrichies de substances nutritives telles l’azote et le phosphore stimulent la production aquatique primaire, induisant une augmentation de la biomasse).

Laissez un commentaire