La démocratie c’est nous

La démocratie c’est nous

Nous sommes les 99% !

 
Véritable onde de choc qui secoue le monde entier, cette prise de conscience globale est un phénomène universel sans précédent.
 
Le fait que des personnes protestent contre un système qu’ils jugent défaillant n’est pas une première en soi. Ce qu’il y a de remarquable ici, c’est le caractère unificateur de ces manifestations. Partout dans le monde, les indignés sont sortis dans la rue. Un mouvement populaire de cette ampleur ne peut pas être un fait isolé…
 
Tout est mis en place afin de nous empêcher de réfléchir à nos conditions actuelles, nous sommes bien loin de la remise en question: « Nous sommes très bien ainsi, n’est ce pas ? ». La polarisation pays riches/pays du tiers monde par exemple, permet aux habitants des pays développés de toujours « se sentir bien »…comparés aux autres !
 
Aujourd’hui tout est devenu « biens de consommation ». Les grandes entreprises dominent les marchés, et par la même occasion nos sociétés et notre environnement, à cause de notre propension à la consommation. Une consommation aveugle de biens et de services dont nous n’avions pas forcément besoin au départ.
 
La politique a été transformée en une sorte de feuilleton télévisé (certains gouvernements n’hésitent pas à faire appel à des scénaristes hollywoodiens pour assurer leur communication). Tout le monde commence à comprendre que les médias dits « officiels » sont de vraies machines de détournement de l’information, des professionnels du maquillage de la réalité. Les gens prennent conscience du fait que nous vivons dans un système fermé, une démocratie de façade où l’argent règne en maitre absolu.
 
Il suffisait juste d’une étincelle d’un léger stimulus, afin de réanimer la volonté de changement chez tous les peuples du monde ! Ceux qui suffoquaient ont réagi en premier, les révolutions Arabes ont éclaté, le monde entier a été secoué et l’indignation a commencé à prendre racine dans une terre longtemps restée stérile…
 
Ceux qui se penchent de plus près sur les enjeux de ces révolutions peuvent entrevoir une forte corrélation et d’éventuelles analogies entre le soulèvement populaire dans les pays arabes et les mouvements d’indignation qu’on est en train de voir un peu partout dans le monde.
 
Aujourd’hui dans les pays les plus démocratiques, des vérités sont cachées au public, des accords se font dans l’ombre entre personnes influentes sans aucune considération pour l’avis des citoyens. Mais ceci n’est pas dramatique, le peuple peut toujours aller voter s’il est insatisfait ! « Votez pour moi et laissez moi m’occuper de tout, tout seul ».
 
Longtemps considéré comme un paysage paradisiaque crée pour les touristes, la Tunisie a toujours été perçue comme un gentil pays démocratique avec des habitants fort chaleureux. La réalité était
 
tout autre : parti unique, arrestations et emprisonnements arbitraires, torture, accaparement des richesses par quelques familles, des milliers de chômeurs diplômés, des zones sans routes ni électricité ni encore moins d’eau potable …Tel est le vrai visage de la Tunisie.
 
Pendant 23 ans, une collaboration efficace entre l’ex dictateur et les responsables politiques des pays développés et « démocratiques » (ou les 1%) a permis de véhiculer au monde entier une image totalement erronée de la Tunisie, cela a surtout permis de priver tout un peuple de sa liberté.
 
Comment peut-on faire encore faire confiance à de tels gouvernements ?
 
Le 11/11/11, une centaine de personnes s’est réuni à place d’armes, dans la zone piétonne de Luxembourg ville. Une manifestation humaine avant tout. Un caractère symbolique à plus d’un égard en vue de ce que représente un pays comme le Luxembourg et tout ce qu’il suscite comme représentations.
 
Chacun avait la possibilité de s’exprimer devant les autres personnes présentes dans le respect le plus total. Bonne humeur et convivialité étaient au rendez vous et l’échange d’idées et de propositions d’amélioration s’est passé d’une façon…démocratique ! Réellement démocratique.
 
 
 
 
 
« Occupy place d’armes » fut un événement réussi .On ne peut pas en dire autant concernant d’autres pays où la répression était parfois sanglante. Contenir ce genre de mouvements de façon violente et considérer ceux qui proposent une autre vision du monde comme criminels, nous renvoie vers la question essentielle de savoir si le peuple a toujours son mot à dire.
 
La souveraineté du peuple est un concept devenu caduque de nos jours. Cela est il aussi valable pour les pays qui « viennent de reprendre leur liberté » ? La Tunisie, l’Egypte ou la Lybie sont censées représenter le mieux cette liberté du peuple à aspirer à un changement réel, et pourtant…
 
Fraichement libérée, la Tunisie a organisé son mouvement de solidarité avec le reste du monde. 25 jours après les élections historiques du 23 Octobre, la Tunisie est toujours en attente pour la formation de son nouveau « gouvernement des winners ». En dépit du contexte sensible et des problèmes urgents que doit gérer le pays actuellement, les tunisiens ont crée l’événement en rejoignant la cause mondiale : Occuppy Tunis a bel et bien eu lieu malgré l’incertitude dans laquelle baigne le pays. Sauf que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu et différents débordements ainsi qu’une intervention policière brutale ont été signalés. Je vous renvoie vers un article fort intéressant parue sur ce même site. Écrit par Mme Lilia Bouguira, cet article raconte les événements du 11/11/11 en Tunisie tels qu’ils ont été vécus par une manifestante pacifiste : Occupy Tunis ou le pouvoir toujours à la dictature
 
La vidéo d’occupy Tunis :
 

 
Savoir que partout dans le monde, des milliers de personnes sortent pour défendre une cause commune permet de souder les rangs. Une cohésion quasi inébranlable est en train de se créer.
 
Cependant, attention à la récupération politique : C’est un mouvement global, soyons unis, soyons solidaires, restons debout.
 
Continuons à y croire !
 
La révolution est toujours en marche.

Laissez un commentaire