Ennahdha : Cadeau empoisonné

Ennahdha : Cadeau empoisonné

Sachant que la constituante se réunira pour la première fois le 22 novembre 2011 et qu’il est presque certain sauf cas contraire que les trois partis Ennahdha, Cpr et Ettakatol formeraient une coalition majoritaire pour pouvoir gouverner, et que le Pdp, Al Aridha et d’autres partis et indépendants ont annoncés qu’ils seraient dans l’opposition et c’est une bonne pour chose notre démocratie naissante.

Sachant que ses 3 partis de la gouvernance sont déjà avancés dans la recherche de consensus pour la nomination d’un président de république de transition, un premier ministre et son gouvernement, ainsi que la feuille de route à suivre pour diriger le pays, ils ont déjà convenus des priorités et autres taches à accomplir, ceci en désignant 3 commissions tripartites pour la cause.
 
Ceci est presque parfait mais voilà la nouvelle donne est le retour en force depuis quelques jours des élus ou anciens d’Al Aridha au nombre de 26 et donc deviennent troisième force du pays avant Ettakatol dans la mosaïque de la constituante. Sachant que les élus de la liste Al Aridha ne forment pas un parti donc je peux les considérer comme indépendants mais avec une complication de taille : la plus part d’entre eux en plus d’être “profanes“ en politique ils n’ont aucun programme électoral donc pas de base et pas de structure , alors bonjour les dégâts , ils serons le“ grain de sable" dans la mécanique déjà établis par les trois partis de la gouvernance, mais ceci est sain dans une logique démocratique! Bien sur je respecte le choix des électeurs dans une démocratie le peuple est souverain et il faut faire avec mais ceci rends la situation plus complexe.
 
Aussi je ne suis pas pessimiste mais je dirai qu’il faut s’attendre à une année 2012 chaude très chaude avec beaucoup de surprises et de coups de théâtres surtout avec un esprit “rebelle“ voir même “revanchard“ les élus d’El Aridha vont mener la vie dure voir même impossible à la bonne marche de la constitution et surtout à l’équipe gouvernante, on aurai un vrai test grandeur nature de la pratique démocratique une initiation un apprentissage qui n’est pas sans embuches, qui à mon avis ferait en sorte que ce gouvernement transitoire pour une période provisoire serai extrêmement fragile voir même instable particulièrement les 90 jours après la prise de fonctions, on aurai très rapidement des crises de gouvernements voir mêmes des démissions bien sur à l’extrême limite du gouvernable conséquence il faut éviter le blocage la confrontation extrême entre les élus pour éviter la dissolution du gouvernement et autres faits graves qui ne sont pas bénéfiques pour la bonne marche du pays, aussi il faudrait privilégier la discussion la médiation la négociation et savoir concilier les positions voir même céder sur ses demandes ses exigences pour avoir un consensus un juste milieux une solution mitoyenne qui satisferai les différentes parties concernées, c’est l’art de faire de la politique ! 
 
Aussi je conseil aux cadres et à la direction d’Ennahdha de ne pas faire partie de ce gouvernement à venir qui j’anticiperai pour dire qu’il serai “ingouvernable“ par et pour eux, aussi le mieux à faire c’est de prendre du recul et de nommer des technocrates à gérer les affaires courantes du pays et laisser passer la période de transition qui serait une bonne occasion pour améliorer vos assises et vos chances aux élections législatives et présidentielle en décembre 2012, vous ne pourrai que gagner en estime vis-à-vis d’une grande partie du peuple pour les convaincre que vous n’êtes pas intéressés outre mesures par les “chaises“ ce qui serait pour vous doublement gagnant d’une part vous prenez l’initiative d’un retour de confiance ce qui permettrai un repositionnement tactique favorable et d’autre part pour ne pas vous “casser les dents“ et donc être “grillés“ pour les prochaines élections .
 
Aussi et dans la même logique j’anticipe comme hypothèse que Cheikh Ghannouchi comme il se fait appeler maintenant lors de votre prochain congrès du parti en 2012 va se retirer de la direction du parti et s’autoproclamer l’Ayatollah Ghannouchi et serai considéré comme le “Guide suprême de la nation“ une haute autorité religieuse supranationale au dessus de tout qui serai une référence un exemple à suivre par tout bon tunisien, seulement voila ici c’est pas l’Iran c’est bien notre bonne vieille Tunisie de 3000 ans que nous chérissons beaucoup, alors j’espère me tromper et que ca n’arriverai jamais !
 
Evidement mon souhait le plus cher et que tout ceci n’arriverai jamais et que notre pays franchirai cette étape de transition dans de bonnes conditions les meilleures du monde, mais il faut aussi prendre en considération cette hypothèse de marche vers la démocratie qui malheureusement n’est pas toujours rose et comporte entre autre un maillon faible qui serai l’impossibilité de gouverner chose qui j’espère n’arriverai jamais en Tunisie à l’encontre de pays qui souffrent et pendant plusieurs années à ce jour de cette situation comme la Moldavie, le Cambodge, l’Irak, la Belgique et l’Italie par intermittence mais avec un gouvernement très volatile .
 
Sachant égalent qu’apriori Ennahdha particulièrement mais aussi tous les autres partis élus du moins les plus influents sont sous control direct des américains qui tirent les ficelles à partir de Washington pour assurer une bonne transition c’est une bonne chose pour nous ou pas c’est selon ?
 
Morale : Ennahdha n’est pas mon dada et pour cause et mon conseil ne s’adresse pas exclusivement pour elle mais c’est aussi valable pour tous les partis et indépendants élus qui doivent comprendre que la constituante est provisoire mais surtout que je la considère d’une certaine manière comme une “marmite chaude“ et si un “bleu“ ou un “gamin“ la manipule il se “brule les mains“, aussi pour Ennahdha comme pour tout autres partis elle peut être un “cadeau empoisonné“ pour les vainqueurs aux élections donc fatale pour eux à bon entendeur ?
 

 

Laissez un commentaire