La transition raisonnée vers des économies axées sur le savoir et la science - Par Najeh Dali

La transition raisonnée vers des économies axées sur le savoir et la science - Par Najeh Dali

La transition raisonnée vers des économies axées sur le savoir et la science est le garant du développement d’un pays.

Dali Najeh présente la force d’un pays ne se mesure pas uniquement en termes de PIB ou de richesses naturelles, mais plutôt par les progrès réalisés dans les domaines des sciences et technologies. D’ailleurs les exemples ne manquent pas à cet égard. Combien de pays qui ne disposent ni de ressources naturelles ni de matières premières et notamment de gaz ni de pétroles, mais ils se trouvent en peloton de liste des pays du monde en matière de revenu par capita et de qualité de vie du citoyen. Est-ce l’effet du hasard ou de leur position géopolitique que ces pays ont pu arriver à ce stade. 

En effet, ces dans ces pays pauvres en termes de matières premières et de richesses naturelles, qu’on trouve les firmes et les entreprises les plus performantes dans des technologies de pointes comme les télécom, la médecine, les semences, l’industrie automobile et bien d’autres domaines. 

Sans aller plus dans les détails, il semble que la réponse à la question est évidente. Si ces pays sont arrivés à ce stade, c’est grâce à l’investissement qu’ils ont accordé à la matière grise qui constitué la pierre angulaire du développement. 

A- Relation entre R & D et investissement 

Force est par ailleurs de constater selon Najeh Dali, que la relation entre la recherche scientifique, innovation technologique et le développement d’un pays est de plus en plus évidente. Dans les discours au Nord, la notion de développement sous-tend celle de développement économique et son corollaire, l’innovation technologique, comme étant l’un des moteurs du développement économique. Les percées technologiques dérivent souvent des outils paradigmatiques développés par et pour la quête des connaissances. 

Ci-après on présente les chiffres clés sur investissement dans les domaines de la recherche et l'innovation et la performance scientifique en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Pour la première fois, ils comprennent des données sur la Chine.

En Europe l’investissement pour recherche-développement (R & D) il est de l’ordre de 1,9% du PIB; (2,6%) aux États-Unis et (3,1%) pour le Japon. Pour la Chine il est de l’ordre de (1,3%) mais augmente d'environ 10% par an sur les tendances actuelles, la Chine a dépensé la même part de son PIB à la R & D comme l'UE en 2010.

Il est devenu claire de nos jours, que l’investissement d’un les domaines recherche-développement constitue le moteur de l’investissement extérieur. En effet, on constate souvent une mauvaise performance de l'UE pour attirer internationale investissements en R&D par rapport aux États-Unis et la Chine.

D’ailleurs d’après Najah Dali, pour stimuler l’innovation technologique, et depuis ses premiers pas comme président des Etats Unis Barack Obama en 2009, a promis un investissement majeur en science et technologie, et a annoncé ce qu'il appelle «le plus grand engagement en faveur de la recherche scientifique et l'innovation dans l'histoire américaine. Cet engagement avait pour objectif est de consacrer plus de trois pour cent du produit intérieur brut de la nation produit intérieur à la recherche et le développement. M. Obama dit que les Etats-Unis vont dépasser les niveaux atteints au plus fort de la "Space Race", dits qui comprenaient astronautes américains d'atterrissage sur la lune en 1969. 

Bien que certains rapports ne montrent pas clairement la relation directe entre l’investissement dans les domaines des sciences et l’innovation technologie suite à l’apparition des retombés de la recherche à moyen voir même long terme, prenant le cas de la Finlande. En seulement dix ans, la Finlande est devenue l'un des pays les plus innovateurs de l'UE. 

Cela a été possible due à des changements d'attitude à l'innovation, le transfert de technologie et de promouvoir les liens entre la R & D secteur et l'industrie. En 1999, la part des dépenses de R & D dans le PIB dépassait 3%, qui a classé la Finlande dans la seconde place dans les pays de l'OCDE seulement après la Suède. La valeur totale des dépenses de R &D se sont élevées en 1999 à environ EUR 3,7 milliards - trois fois plus qu'en Pologne. 

Environ 69% ont été dépensés consacrées pour la recherche est reservée par des entreprises privées, qui ont été dominées par l'industrie électronique et de télécommunication. 

Forte de constater que la Finlande est caractérisée par un grand nombre de R & D personnel employé tant en public financé institutions de recherche et entreprises privées. A la fin des années 90-s, il y avait engagé plus de 60 des milliers de personnels de recherche (53% du secteur des affaires, 30 universités%, 17% du public d'autres projets financés.

B- Transition économique/politique d’un pays, R&D et investissement : Les leçons de l’histoire

Aussi, il faut noter l’impact de la transition économique et/ou politique d’un pays d’un modèle à un autre pourrait avoir des effets néfastes si des mesures d’accompagnent ne sont pas prises. 

La transition économique, qui a débuté en 1989 par exemple, a fortement influencé le secteur de la recherche. Il a été mené de restructuration profonde, impliquant l'introduction de mécanismes concurrentiels basés sur des projets accordés, la fermeture de certains instituts non performants, et certains ont été privatisés. 

En seulement deux ans après le début de la transition, en Tchécoslovaquie en 1989-1991, le nombre des chercheurs ont diminué de 36% (dans la région tchèque de 38%, en Slovaquie 32%) et les instituts de R & D 37%. 

Le financement total du secteur de la recherche a diminué d'environ 46% (en République Tchèque 42%, de la Slovaquie 53%). Le grand nombre d'instituts de R & D a changé son orientation vers des formes plus commerciales, mais basé sur l'activité de recherche. 

La fin des années 90-s n’a pas aussi apporté une amélioration radicale pour le secteur des sciences de la République tchèque. Dans 2000 à 1990 comparants il y avait 50% moins de personnes impliquées dans le développement de la R & D (diminution à partir de 105,9 à 53,5 mille). Depuis 1994, la part des dépenses publiques de R & D n’a pas augmenté. La part sans cesse croissante a été représentée par le secteur privé. En 2000, les dépenses de RD ont été financées 44,5% par les fonds publics (gouvernement et universités) et 45,0% du privé des fonds. Environ 3,1% des fonds provenaient de sources étrangères. Tous ces fonds sont faibles par rapport au PIB mais d'autre part ce ratio est relativement élevé comparé à d'autres Europe centrale et orientale pays. 

Tendances négatives similaires ont été également caractéristique de la Slovaquie, où après la scission ont été le financement et la diminution de l'emploi a été significativement plus élevés. Une des raisons pour cela a été la spécificité l’économie slovaque, qui était basée sur la production de machinerie lourde et l'industrie des produits chimiques (Y compris l'industrie militaire) qui ont été largement affaibli après l'ouverture rapide sur le marché dans les premières années de la période de transition. 

Mot de la Fin

Les informations indiquées ci-haut dont certains montent aux années 2000, montrent qu’il est important qu’un pays face de R&D une de ses priorités pour assurer un développement économiques durable. Aussi, les exemples ne manquent pas qui montrent l’opportunité de la participation du secteur privé dans ce domaine vital. Mais pour bien réussir l’investissement dans les domaines de R&D une réflexion profonde et non hâtive devrait être prise pour éviter les contre coup. Un pays en transition économique ou politique est appelé à bien déterminer ces priorités et prendre des décisions concertées et non hâtives faute de quoi des répercussions négatives toucheront l’ensemble des domaines liés à son processus de développement.

Afin d'encourager le transfert de technologie, il y avait plusieurs instruments utilisés - comme les incubateurs d'entreprises, courtage en transfert de technologie, parcs technologiques (plus de 12 en République tchèque); affaires Centres d'innovation à coopérer avec les institutions de l'Union européenne. 

 

Laissez un commentaire