Economie verte est un espoir contre la crise financière internationale - Par Najah Dali

Economie verte est un espoir contre la crise financière internationale - Par Najah Dali

Najah Dali note que les notions de croissance verte, économie verte, développement durable sont devenues de nos jours les modèles économiques sur lesquels de nombreux pays comptent pour la création de nouveaux emplois et entraîner une nouvelle dynamique dans les secteurs de l’innovation et la recherche et protéger l’environnement en même temps.

Dans un rapport intitulé «Pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone», qui a été réalisé dans le cadre de l’initiative conjointe en faveur des emplois verts, et ce par le programme des nations unies pour l’environnement en collaboration avec le Bureau International du Travail (BIT), la Confédération Syndicale Internationale (CSI) et l’Organisation Internationale des Employeurs (OIE), montre que les efforts déployés pour faire face au changement climatique par exemple pourraient générer des millions de nouveaux «emplois verts» dans les décennies à venir.  Selon Najah Dali, il ne faut pas associer l’économie verte seulement aux activités en relation avec la lutte contre le réchauffement climatique, mais d’autres activités économiques générées par toutes les entreprises qui produisent des biens et services contribuant à éviter, réduire ou supprimer des nuisances pour l’environnement peuvent être des pistes intéressantes pour l’économie verte...Il s’agit par exemple des entreprises de traitement des déchets ou des eaux usées, des produits pharmaceutiques, des produits Bio, l’eco-tourisme, aux producteurs d’énergie renouvelable...Néanmoins, il est vrai que l’intégration de la valeur carbone dans l’économie mondiale, a eu un impact décisif sur l’essor de l’économie et des technologies vertes. Le marché du carbone devrait encourager les entreprises à se détourner des industries très polluantes à base d’énergies fossiles (le charbon par exemple), pour choisir des techniques moins polluantes (gaz naturel et énergies renouvelables) et par voie de conséquence la mutation vers une économie durable reposant sur l’efficacité énergétique et la valorisation des connaissances. Dans l’hypothèse d’un baril à 135 $, le prix de marché pour le carbone serait très intéressant, soit environ trois fois à quatre fois son niveau de cotation actuel. Ce sujet de l’économie verte ou la croissance est selon Najah Dali un sujet extrêmement intéressant à suivre pour la prochaine période car d’importantes réunions mondiales lui seront consacrées comme celle de OMC, ou bien le sommet mondial RIO + 20, qui se tient en fin 2012 au Brésil, sur le développement durable et l’environnement qui a choisi comme thème pour cette décennie la croissance verte dans le monde.

Laissez un commentaire