Tunisie : une jeune pousse, démocratie ?

Tunisie : une jeune pousse, démocratie ?

Cette jeune pousse pourra-t-elle croitre et survivre à ses conditions ?

 La primeur du réveil des peuples arabes, partie de Tunisie, y a donnée un nouveaux né étranger à ces contrés. Il s’agit en effet d’une jeune pousse nommée Démocratie, bourgeonnante  dans un terreau bien spécifique à savoir : population bien éduquée par rapport à ces congénères des autres pays arabes, et ouverte vers ses voisins mitoyens, une économie souffrant de manque de surplus agricole et un pays souffrant de stress hydrique endémique entravant son développement socio-économique tel que le prévoyait la FAO.

Du moins au départ, comme tout jeune plant,  elle a besoin de soutien sur lequel elle peut s’adosser. Le nouveau gouvernement de transition semble pencher pour la lier par une laisse à des riches nababs d’Orient qui méconnaissent même son nom Démocratie. Avec de tel soutiens elle ne risque pas d’arriver à son terme, au contraire ; car comment de tel soutiens peuvent-t-ils voire grandir leur future ‘ parricide’ ? Sommes-nous si naïf pour croire à cette farce ? Rien qu’à voire son gavage d’hormones de croissance Salafistes on est sûre du résultat escompté ; un infanticide assuré !
En donnant dos à la mer et flancs au sud on s’attend qu’à lui faire perdre le nord, notre jeune Démocratie ! Le Nord où a essaimé son Ainée dont la graine y a été conçue et semée depuis l’Antiquité Grecque, y a subi ses diverses mues et crises de croissance, de jeunesses et maintenant vie ses mues d’âge même avancée ! 
Ce n’est pas de laisse qu’elle a besoins, notre Démocratie, mais de tuteur telles les quenouilles du maïs destinées à servir de rames au légume grimpant. En principe s’est vers ses Ainées qu’elle peut trouver pareil aide et soutien ! Les problèmes de notre pays et de notre Démocratie naissante ne peuvent être résolus par ceux se référant au passé de nos Saint aïeux dont les horizons se limitaient aux réalités révolues. Nous avons besoin d’hommes capables d’imaginer ce qui n’a jamais existé du moins dans notre zone géographique proche ; tel le recours à des sources non conventionnelles et durables que sont l’énergie solaire inondant nos terres et l’eau dessalée.
 
D’ailleurs notre jeune Démocratie pour prendre pied dans nos terres assoiffées à besoins d’irrigation afin de gaver ses vaillants entreprenant de surplus et étancher ainsi leur quête de plein emploi de liberté et d’égalité : en somme la réalisation des objectifs qu’ils ont assignés à la Mère des Révolutions du troisième millénaire.
Autrement qui va sauver notre économie de la banqueroute guidée vers cela par la myopie et le pilotage à vue d’une Troïka aux abois ? 
Elle ne cesse de rater des occasions à portée stratégique tel que la mise en valeur de notre gisement à ciel et mer ouverts qu’est le solaire et ce d’avec l’Union Européenne. En effet cette dernière, portée par son moteur dynamique qu’est l’Allemagne, est en quêté effrénée d’énergie propre et qui n’a d’équivalent que la quête en Eau de notre agriculture: 18 Km3 pour mettre à flot notre économie. Ces deux désirs insatiables peuvent être satisfaits concomitamment par le système de cogénération d’eau dessalée et d’électricité verte et ce, ici et maintenant, dans un cadre d’échange équitable digne de notre glorieuse Révolution !
Donc l’intérêt de notre Démocratie naissante d’avec ses Ainées est réciproque et peut être satisfait de manière équitable et durable qui sied bien à l’ère de notre époque et notre village monde, dont la Révolution nous a projeté plein dedans. Amen !
 

Laissez un commentaire